• Bon ok je vais changer le titre "discothèque" parce qu'en réalité cette rubrique "n'est qu'un endroit" dans lequel je vous partagerais la plupart des chansons qui m'ont touchées.

    Telles que celle-ci, de Claudio Capéo, qui en dit long sur la condition des SDF :

     

    Paroles :

    Si je m'endors me réveillerez-vous
    Il fait si froid dehors, le ressentez-vous ?
    Il fut un temps où j'étais comme vous,
    Malgré toutes mes galères,
    Je reste un homme debout.

    Priez pour que je m'en sorte
    Priez pour que mieux je me porte
    Ne me jetez pas la faute
    Ne me fermez pas la porte

    Oui je vis de jours en jours
    De squat en squat, un vrai troubadour
    Si je chante, c'est pour qu'on m'regarde
    Ne serait-ce qu'un p'tit bonjour

    Je vois passer quand j'suis assis
    Vous êtes debout pressés, j'apprécie
    Un p'tit regard, un p'tit sourire
    Ne prennent le temps, ne font que courir.

    Si je m'endors me réveillerez-vous
    Il fait si froid dehors, le ressentez-vous ?
    Il fut un temps où j'étais comme vous,
    Malgré toutes mes galères,
    Je reste un homme debout.

    La la la [...]

    Merci bien, pour la pièce
    En c'moment c'est dur, je confesse
    Quand j'vais m'en sortir, je l'atteste,
    J'veux avoir un toit, une adresse.

    Si de toi à oim, c'est dur je stresse,
    Le moral n'est pas toujours bon, le temps presse,
    Mais bon comment faire à par l'ivresse comme futur,
    Et des promesses en veux-tu ?

    Voilà ma vie j'me suis pris des coups dans la tronche,
    Soit sûr que si j'tombe par terre tout l'monde passe mais personne ne bronche
    Franchement à part les gosses qui m'regardent étrangement
    Tout le monde trouve ça normal que je fasse la manche
    M'en voulez pas mais parfois j'ai qu'une envie : abandonner.*

    Si je m'endors me réveillerez-vous
    Il fait si froid dehors, le ressentez-vous ?
    Il fut un temps où j'étais comme vous,
    Malgré toutes mes galères,
    Je reste un homme debout.

    Priez pour que je m'en sorte
    Priez pour que mieux je me porte
    Ne me jetez pas la faute,
    Ne me fermez pas la porte.

    Si je m'endors me réveillerez-vous
    Il fait si froid dehors, le ressentez-vous ?
    Il fut un temps où j'étais comme vous,
    Malgré toutes mes galères,
    Je reste un homme debout. x2

    La la la [...] [...]

     

     

     

    * : Ce passage m'a particulièrement marquée, à travers la rude vérité qu'il nous dévoile (ou nous rappelle?). On fait tous comme si on ne les voyait pas. On leur passe devant sans même un regard. Comme si les regarder portait malheur.
    Et quand je dis on, je m'inclue bien sûr dedans, mais je retire des exceptions au panier. 
    Et je peux vous assurer que je ne suis pas fière de mon attitude à leur égard.

    C'est affreux de se dire que l'on peut passer, en l'espace de quelques instants, de la fortune à la pauvreté. On oublie trop souvent que les SDF ne sont pas tous nés comme ça. Ou bien on le sait, et c'est justement pour cela qu'on les ignore : on voit en eux la misère, une misère qui peut tomber sur n'importe qui. Et personne ne veut la misère.

    C'est justement pour cela que je fais des efforts sur moi-même dans l'espoir qu'un jour je souris à un pauvre homme ou à une pauvre femme, et que je lui donne peut-être même à manger. Parce que c'est ce que je pourrais faire de mieux pour rendre leur vie un peu moins dure ^^


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires